Publications internationales

2014
(2014), First account of arthropods in the nest of the white stork, ciconia ciconia, in Algeria, including t : Bull. Soc. zool. Fr,
2012
(2012), LA CIGOGNE BLANCHE CICONIA CICONIA DANS LES ZONES HUMIDES DE LA WILAYA D'EL TARF (NORD-EST ALGÉRIEN) : Société zoologique de France Paris, http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=27454236

Résumé: De 2007 à 2011, un suivi des couples nicheurs de Cigognes blanches Ciconia ciconia (L., 1758) a été entrepris dans la zone humide d'El Tarf, dans le nord-est de l'Algérie, dans le but de définir les stratégies démographiques et d'expliquer le fonctionnement des populations, étude jamais encore réalisée dans cette région qui abrite cependant des effectifs remarquables. Les nids ont été localisés au GPS. Entre 1996 et 2011, le nombre de couples nicheurs a augmenté considérablement, passant de 174 en 1996 à 475 en 2007, puis à 634 en 2011. La densité des nids est passée de 25,22 en 1996 à 64,76 couples/100 km2 en 2011. Ces valeurs sont naturellement variables au sein de la région, 61,42 % des couples nicheurs étant établis en zone I (El Tarf et périphérie), et 35,57 % en zone II (El Kala et périphérie). Cette variation est en relation avec celle des terres agricoles et aussi avec les conditions climatiques qui permettent à l'espèce de disposer de bonnes ressources alimentaires, renforçant ainsi son taux de survie et favorisant la sédentarité de quelques groupes. En 2011, 99 % des couples ont produit des jeunes, contrairement à 1996 où cette proportion ne dépassait pas 86 % (MOALI GRINE, 1996). Les changements liés aux conditions climatiques locales pourraient soumettre l'espèce à des conditions contraignantes pour son développement.

Livres

2018
(2018), Transmission parasitaire chez les oiseaux migrateurs en Algérie : Éditions Universitaires Européennes , https://www.morebooks.de/store/fr/book/transmission-parasitaire-chez-les-oiseaux-migrateurs-en-alg%C3%A9rie/isbn/978-620-2-28730-2

Résumé: Parmi tous les arthropodes identifiés, Uropodina est l’acarien dominant, accidentellement transmis par phoresie aux nids de cigognes blanches. Son impact global n'est pas clairement déterminé; il pourrait jouer un rôle dans l'élimination des ravageurs, ou avoir un effet négatif sur les poussins. En outre, nous avons enregistré une espèce de Ctenocephalides, représentée par l'espèce C. felis (Bouché, 1835) (Siphonaptera: Pulicidae), ces ectoparasites suceurs de sang, illustre la diversité des relations hôte-parasite avec des stratégies adaptatives pour tous les environnements. Il convient de noter que les nids ont été collectés à proximité des habitations humaines. De nombreux parasites font des passages successifs à travers des hôtes appartenant à différentes espèces. De tels transferts sont une clé essentielle de l'écologie et de l'évolution des parasites. Les oiseaux migrateurs pourraient jouer un rôle important dans la propagation des virus et germes mais leur écologie reste mal connue.